8 janvier 2015

Je suis charlie #2



Aujourd’hui j’avais prévu de la légèreté sur le blog, mais le cœur n’y est pas. J’ai donc envie de me prononcer sur les faits tragiques qui ont entaché de sang notre jolie nation.

Peut-être que d’habitude cela ne transparait pas dans mes articles, mais je suis quelqu’un qui, si je ne suis pas du tout engagée politiquement, tient énormément aux valeurs fortes de la république. Etre républicaine est quelque chose d’ancré en moi, il parait qu’à à peine deux ans, pour le bicentenaire de la révolution, je chantais la Marseillaise.

La liberté en premier évidemment. Celle de s’exprimer, de quelle manière que ce soit. La liberté de penser. La liberté de culte. La liberté d’aller et venir. La liberté de pouvoir exercer son travail. Toutes ces personnes mortes exerçaient hier leurs droits les plus élémentaires et ont été tuées. Massacrées. Une femme, onze hommes. Des gens comme vous et moi, avec une famille, un entourage, une histoire, des projets. Des gens mais surtout un symbole de la nation : la liberté. Et on ne peut pas tuer la liberté.

L’égalité ensuite. Parce que quoi qu’aient fait ces meurtriers, je crois qu’ils sont égaux à moi. Ils portent en eux un morceau de la grande famille qu’est l’humanité. Je crois sincèrement à la justice des hommes et non pas à la vengeance. Je veux qu’ils soient retrouvés, je veux qu’ils soient privés de leur liberté. Parce que la liberté d’un être est la chose la plus précieuse qu’il possède, encore plus que la vie. Mais je ne veux pas que sous couvert du choc on les assassine. Je ne veux pas qu’on rediscute de la peine de mort. On ne peut pas, comme l’a expliqué Badinter « tuer un être tout vivant », un homme en pleine santé. Quoi qu’il est fait. L’égalité, avant tout. Pour la justice.

La fraternité ensuite. Parce que la nation rassemblée, sans idée politique, sans scission religieuse, c’est beau. Tous unis derrière le slogan « je suis Charlie ». J’ai été émue se ces rassemblements, je suis fière de mon pays.  Fière de vous, de nous. Fière de toutes ces personnes qui face à la menace font front, font l’unité en face de la peur. Un seul peuple, une nation, un tout. Voilà ce que j’ai envie de voir plus souvent. Lors de mon séjour au Québec, j’avais été frappée par l’attachement des québécois à leur province, je me disais que l’attachement à la France n’était sans doute pas aussi fort. Les évènements d’hier prouvent que c’est faux. C’est simplement moins visible.

Pour toutes ces raisons aujourd’hui : JE SUIS CHARLIE 


7 janvier 2015

Le point CRPE #4



Durant le déménagement, je n’ai pas été très productive en terme de révisions. Forcément, l’ordre des priorités est un peu inversé.

Maintenant que j’ai calé mon petit rythme, je suis à nouveau opérationnelle.

J’ai terminé la seconde lecture des 4 livres (Français et Maths) qui concernent l’écrit fin décembre.

Voici donc le programme tel qu’il est maintenant :

Français : je n’y touche pas jusque début mars. Mars et avril seront entièrement consacrés au Français, sachant qu’avant l’écrit, j’ai pris 10 jours de congés pour pouvoir réviser à fond cette matière qui me fait un peu peur.

Maths : C’est la grande tâche du moment, j’essaye d’avoir terminé les révisions pour fin février. 1 livre pour janvier, 1 livre pour février. Tout ingurgiter. Manger de la numération, de l’algèbre, de la géométrie et des mesures à chaque repas. Voilà le programme actuel. Et le plus fou c’est que j’adore ça. Normalement, fin février je prendrai quelques jours de vacances pour faire plusieurs simulations d’examens en temps limité.

Sciences et Technologies : j’ai décidé du thème de mon oral. Je vais parler des changements d’état de la matière en cycle 2. CE1 probablement. Je commence à y réfléchir mais pour le moment je n’ai rien formalisé. Je vais lire le livre de cette matière et je pense que vers le 15 février, j’aurai déjà une idée plus précise de mon dossier. Honnêtement, j’ai l’habitude de faire des rapports et des powerpoint donc je ne suis pas effrayée par une présentation ou par la rédaction. Donc je m’y met petit à petit. Les idées murissent dans ma tête, se calent les unes par rapport aux autres. Idéalement, mon dossier sera terminé mi-avril.

EPS et mise en situation professionnelle : pas du tout commencé, je pense que je regarderai ça de plus près en février pour bien le travailler en pointillés jusqu’à l’écrit et ensuite dès le lendemain de l’écrit m’y mettre très très fort jusqu’à la date de l’oral.

Enfin, voilà,  depuis une semaine ou deux ce concours fait à nouveau partie de mon quotidien !

Pendant le « break » déménagement, j’ai aussi mis en place une stratégie alternative… Et bien oui… Si je rate… Je fais quoi ? J’ai un boulot en CDI, une jolie maison, des proches qui m’entourent, je devrai ne pas baisser les bras et retenter l’an prochain. Mais avec une stratégie différente : certainement une prépa privée, peut-être des cours particuliers, enfin, j’affirmerai ma volonté, ma détermination et mon investissement dans ce concours. Si ce n’est pas en septembre 2015, ce sera en septembre 2016 mais, le jour de mes 30 ans, à savoir le 18 février 2017, si c’est un jour d’école, je serai avec mes élèves !