29 avril 2015

CRPE 2015 : Mon expérience

Voilà, l'écrit c'est fini ! Je vous en fait une petite synthèse parce que ce fut riche en émotions.

Les derniers préparatifs ont commencé lundi. Et je vais commencer par remercier mon chéri parce que j'étais quand même assez stressée et il m'a ramené ce magnifique bouquet de fleurs, et il a aussi vérifié le contenu de mon sac (et taillé mes crayons). Un grand merci à lui parce que son soutien m'a vraiment été précieux au cours de mes révisions et du rush final. 






Donc lundi soir, je me suis détendue, j'ai arrêté de travailler vers 14h et ensuite je me suis reposée.


Mardi

Je me suis levée en pleine forme. J'ai fui un peu les ordinateurs et les réseaux sociaux et je suis entrée dans une phase de concentration. 11h30, j'étais sur place en train de chercher mon amphi. Le casse croûte à moitié mangé, me voilà vers 12h10 pour les vérifications d'identité (vigipirate, ça ne plaisante pas). 

12h20 je suis assise et commencent 40 minutes d'attente. Entre les stressés de la vie avec leurs sprays aux huiles essentielles, ceux qui lisent frénétiquement leurs fiches jusqu'à la dernière minute, ceux qui font du yoga sur leurs chaises, ceux qui ont oublié de prendre des crayons, j'observe la salle. 

Il semblerait qu'il y avait moins d'absentéisme que les années précédentes, enfin, mon amphi était plutôt rempli. J'étais zen, malgré le fait que j'étais mal assise. 

Epreuve de Français. Théoriquement 4h. Comme à chaque fois que je fais un examen, je suis partie avant la fin. 3 exercices. Le premier, un commentaire argumenté basé sur un corpus de 4 textes sur l'éducation des filles. Le second, une série d'exercices de langue (grammaire, conjugaison, vocabulaire, orthographe...). Deux exercices très scolaires auxquels j'étais bien préparée. Je les ai passé sans encombre. Le troisième exercice est plus difficile. Il s'agit de la didactique. Basé sur des manuels scolaires, il faut argumenter à la fois sur le "pourquoi on apprend ça", le "comment on l'apprend", et le "comment on vérifie l'assimilation de la notion par les élèves". Un genre de cas pratique, une mise en situation professionnelle. Je l'ai fait, j'avais révisé, mais je ne suis pas à 100 % sûre de moi. 

Donc globalement, je trouve que j'ai plutôt bien réussi. Surtout qu'avec mon profil scientifique (youhou le master en sciences...) le français était l'épreuve qui me faisait le plus peur. 

Le soir : détente, pâtes bolognese, coloriage, coucher tôt. Surtout rester loin des révisions, de l'ordinateur et des corrigés parce que rien de tel pour se décourager. 

Mercredi

L'épreuve c'était ce matin. Alors petit déjeuner ni trop copieux ni famélique, 1/2 thé pour pas avoir envie de faire pipi toute la matinée et hop, direction l'amphi. 

Un peu moins de stress ambiant ce matin, même si les maths semblent un peu effrayer les gens. Tout le monde donne ses impressions sur l'épreuve d'hier 'moi j'ai mis ça', 'haaaa j'ai oublié de parler de ça'. Je ferme mes oreilles et me centre sur mon monde. 

L'épreuve de maths, c'est encore trois parties. La première, c'est un exercice un peu difficile. Niveau lycée. Géométrie dans l'espace, polynômes, fonctions, patron d'une pyramide, construction au compas, théorèmes de Thalès et Pythagore, trigonométrie - varié, compliqué mais classique. Je me bats un peu avec l'exercice mais je le termine. Et je suis sûre de moi. Deuxième partie, des "problèmes" niveau cinquième. Des histoires de robinets qui fuient, de salaire moyen, de bouquets de fleurs et de lancers de dés. Easy. Je suis confiante. J'ai tout refait deux fois histoire d'être sûre. Après ces deux parties, rien ne peut m'ébranler, je me sens bien, j'aime les maths. Troisième partie, c'est comme en Français. La didactique. J'ai fait mais je suis pas tellement sûre de moi. C'est là que j'aurai aimé voir en vrai une classe. Comment on fait pour parler de proportionnalité ou de fractions à une classe de cycle 3. Mais j'ai révisé, la théorie et les programmes, je les connais. Sur le bout des doigts. Ce concours ne me fera pas devenir une bonne maîtresse, mais j'ai les armes pour devenir un bon petit soldat de l'éducation nationale. Compétences, connaissances, programmes... Je range tout ça dans les réponses aux questions. 3h et quelques plus tard j'ai plié mes affaires et rendu ma copie. 

Ouf !

Ce que j'en retiens c'est d'abord que j'ai donné mon maximum. Maintenant, tout est joué, j'espère que ce sera suffisant pour être dans le dessus du panier, dans la liste de ceux qui continuent vers l'oral. Les résultats ce sera le 21 mai, j'ai hâte de savoir. En attendant, je vais peaufiner mon dossier pour l'oral, aller faire ma piscine (avec ma douleur au doigt je n'ai pas voulu y aller avant parce que c'est pas encore rétabli et les 7h d'épreuve m'ont fait un mal de chien) et puis... je vais attendre, un peu fébrilement.

Mais aussi, ce que j'en retiens, ce qui sur le moment m'a boosté, c'est que je n'étais pas seule face à ma copie. Y'avait une grosse communauté derrière moi, des lecteurs, des abonnés, des youtubeuses, des blogueuses, des twittos, ma famille, mes amis, ma belle-famille,... . Des dizaines de messages sur facebook, twitter, instagram, youtube, SMS, téléphone. J'ai été dépassée par l'ampleur de votre soutien mais c'était tellement motivant. Nous avons été ensemble. Merci, infiniment merci. Vous avez été d'un soutien incroyable et sans faille. 

 

20 avril 2015

Mes étiquettes de jardin en perles à repasser

Vous les avez vues régulièrement sur Instagram et vous avez réclamé un tutoriel. J'ai réalisé, pour mes carrés potagers des étiquettes en perles à repasser. Soit j'ai réussi à représenter le légume, soit j'ai écrit son nom. En effet, difficile de distinguer sur un patron "pixellisé" une courgette d'un concombre ou de dessiner des haricots. Pareil pour les aromates...

Je repasse bien des deux côtés, de manière à ce que les créations ne se disloquent pas. Je les laisse ensuite refroidir entre 2 bouquins pour que ça ne gondole pas.

Enfin, pour la tige à fixer derrière, j'ai d'abord collé au pistolet à colle, ça ne fonctionne pas super bien, au bout d'un mois ou deux, les intempéries viennent à bout de la fixation. Au final, je les ai scotché avec du scotch de peintre, le même qu'on utilise pour protéger quand on peint. Si vous vous demandez ce que sont les tiges : des baguettes de cuisine asiatiques, des petits morceaux de bambou, des restants de tuteurs de plants que j'achète... Ce que j'ai sous la main, quoi !

Et voilà donc en photos mes créations. Certains "patrons" viennent d'internet (et je les ai épinglées sur mes boards pinterest", d'autres ont été dessinées "maison", soit par moi soit par mon chéri. J'ai choisi pour tous, finalement, de mettre un contour noir, je trouve que ça fait beaucoup plus joli. Pour mes "typos", c'est à dire les plaques où j'écris les noms, j'ai fait des lettres de 7 points de hauts, autant que possible 3 de large, mais pour certaines lettres comme le M ce n'est pas possible, il faut élargir un peu.









14 avril 2015

8 idées de sauces pour salade et crudités

J'ai horreur de manger plusieurs fois la même chose. Alors, même pour accompagner une "banale" salade, ou des crudités, j'essaye de varier les sauces. Je vous propose ici 8 idées pour changer un peu de nos habitudes. Évidemment chaque recette peut être adaptée, changée, modifier les herbes... Pour les herbes, j'utilise, quand je n'en ai pas dans mon jardin, des herbes surgelées qui sont très pratiques pour ça.

Vinaigrette classique
C'est un peu la base. Dans un bol, ajouter 2 cuillères à café de moutarde puis, une par une, 3 cuillères à café d'huile de colza en mélangeant énergiquement. Ajouter vraiment l'huile quand la cuillère précédente a été totalement incorporée. Ensuite 1 cuillère de vinaigre de cidre. un peu de sel, un peu de poivre.  On peut ajouter aussi une cuillère d'eau tiède pour alléger un peu la recette ou une demi cuillère de miel pour un côté sucré salé. Cette vinaigrette se conserve facilement 2 à 3 jours au frigo.

Variante de vinaigrette un peu "top chef"
La même qu'au-dessus, mais avec de la moutarde à l'ancienne, du vinaigre de framboise ou de la crème de vinaigre aux fruits rouges, de l'huile de noix ou de noisette. 

Vinaigrette citronnée
Pareil que la première version, mais on remplace le vinaigre par le jus d'un demi citron. Avec de l'aneth, c'est une vinaigrette qui s'accorde parfaitement aux produits de la mer. 

Sauce grecque
Ma favorite ! On mélange pour cela un yaourt à la grecque, 1 cuillère à soupe de vinaigre de cidre, de la menthe (beaucoup) et de l'ail. Avec des pignons c'est hyper bon aussi. 

Sauce à l'oeuf et basilic
Quand je fais des meringues, j'ai souvent des jaunes d’œuf en trop.  Pour cette sauce, le jaune d'oeuf va servir de corps gras pour émulsionner 1 cuillère a café de moutarde. On ajoute ensuite du basilic.  Attention toutefois avec cette sauce, elle ne se conserve pas car elle contient du jaune d'oeuf cru.

Crème et citron
Pour cette sauce, j'utilise de la crème épaisse et du jus de citron. C'est vraiment tout simple, et on peut y ajouter du persil par exemple. 

Citron vert et coriandre
A l'aide d'une pointe de moutarde, émulsionner ensemble de l'huile de colza (de préférence une huile bio vierge non raffinée pour le goût) et du citron vert. Ensuite on ajoute de la coriandre (l'herbe, pas la poudre).

Sauce très légère
J'ai découvert cette sauce en "régimant", il y a longtemps. J'ai un peu amélioré la recette mais la base reste la même : 2 cuillères à soupe de fromage blanc, 1 cuillère à café de moutarde forte, 1 cuillère à café de sauce soja et un peu de gingembre en poudre.  

C'est la saison alors... A vos salades !